En forme de femme


1 commentaire

Méli-mélo du dimanche ou de la gratitude

One of the vertical drops on the Kraken

Image via Wikipedia

En calculant la moyenne des grands hauts et des grands bas de cette semaine, je peux arriver à la considérer équilibrée. Mais il y a quelque chose d’épuisant à gérer les extrêmes, et j’espère que de ces semaines en montagnes russes, j’en rencontrerai le moins possible prochainement.

Ma semaine de course était merveilleusement lancée mardi, avec une séance contenant un segment tempo d’une durée de 24 minutes. Malheureusement, une gastro m’a laissée sans force et mal en point au milieu de la semaine, m’obligeant à faire le deuil de deux sorties. Aujourd’hui, une amie m’a sortie de ma torpeur et m’a amenée dans le grand vent pour une longue course sous le soleil, définitivement difficile, mais ô combien nécessaire. Première gratitude.

Dans le dossier de la musculation, cette semaine fait pâle figure (voir plus haut pour les détails): une seule séance a fait son chemin vers mon journal d’entraînement. Je suis toutefois parvenue à intégrer deux pratiques de yoga à mon horaire, et malgré le fait que l’une et l’autre m’ont mise au défi, je me félicite de les avoir complétées. Deuxième gratitude.

Vendredi soir, après avoir réussi à ingérer une soupe Lipton, du pain sec et un peu de Gatorade, et en compagnie d’une amie qui me fait toujours aimer un peu plus l’amitié, je me suis rendue à l’Olympia pour un spectacle acoustique donné par Jeff Tweedy, tête d’affiche de Wilco. Une surprenante première partie du groupe Snowblink a donné le ton à la soirée: just what the doctor ordered.

J’en étais à mon 4e spectacle du groupe (même si celui-ci était, justement, sans groupe). Jeff Tweedy s’est présenté sur une scène sans décor avec 6 de ses guitares, un micro et un ampli, pour livrer une performance solo remarquable et sans prétention. Le pari était de taille: réduire la masse sonore et la complexité des chansons à quelques cordes, vocales et de nylon. La formule intimiste a permis à Tweedy de présenter des versions « soirs d’été autour d’un feu de camp », en plus de laisser plus de place à l’interaction avec le public. Avec son éternel humour aigre-doux, il a soulevé le rire de la salle du début à la fin. Il n’a pas encore joué la chanson que j’attends toujours, mais je garde espoir pour les prochaines fois. J’ai quitté la salle revigorée: troisième gratitude.

Cette semaine, pour le défi Embrace:me, je me suis accordée du repos et du sommeil à tous les jours. De l’indulgence, aussi, pour ce qui n’allait pas comme je l’aurais voulu. Grand bien m’en a fait.

Au total: 22 Km de course, 1 heure de musculation, 1h30 de yoga.

Enhanced by Zemanta