En forme de femme


Poster un commentaire

Le yoga chez soi

Une envie de yoga? Une autre fois, peut-être. L’horaire ne permet pas de se rendre dans un studio ou de s’engager pour une session de cours; les frais liés à la fréquentation d’un studio n’entrent pas dans le budget familial; la peur du ridicule, qui sait?; ou la bonne vieille rengaine : le temps manque, tout simplement. Tant de raisons qui expliquent que le tapis de yoga reste bien roulé, dans le placard ou au magasin.

Pour plusieurs raisons, je pratique le yoga à la maison depuis déjà un bon moment. Étonnement, ce n’est que très récemment que j’ai mis les pieds sur mon tapis sans instructions pour faire quelques salutations au soleil ou pour un flow improvisé. J’ai commencé avec des DVD (que j’aurai certainement l’occasion de commenter ici une autre fois), puis j’ai découverts quelques sites qui offrent une variété de classes en ligne.

Le site Yoga Today offre chaque semaine une classe vidéo d’environ une heure gratuitement. Il suffit de s’inscrire et de trouver le moyen de dérouler le tapis près d’un écran d’ordinateur. On appuie sur « lecture » et, en autant que le flux internet soit bon, on profite. Autrement, le site propose une variété de classes de différents styles et pour tous les niveaux, qu’il est possible d’acheter à la carte (3.99$) ou de visualiser grâce à un abonnement mensuel (10$) ou annuel (100$). Les classes sont enregistrées à l’extérieur dans des lieux magnifiques, ce qui leur donne un charme tout particulier, mais aussi une moins bonne qualité sonore lorsque c’est venteux.

Le site Yoga Vibes offre aussi une grande sélection de classes, qui sont quant à elles enregistrées dans les studios des professeurs au milieu d’un véritable groupe en action. L’effet est diamétralement opposé : exiguës et peuplées, ces classes reproduisent l’expérience du studio, mais peuvent distraire ceux qui ont tendance à regarder la position du bras d’untel ou la camisole d’unetelle. Le site offre quelques courtes vidéos portant sur des aspects techniques ou des questionnements relatifs à la pratique, mais ne fournit aucune classe gratuite. On peut acheter les classes à la carte pour une durée de 14 jours (10$); on peut aussi profiter des privilèges d’un abonnement mensuel (entre 20$ et 25$) ou annuel (225$).

Le site Yoga Download, finalement, propose des classes audio (et quelques rares classes vidéo) dans une toute aussi grande variété de style et de niveaux. Il s’agit personnellement de mon site préféré, pour plusieurs raisons. Contrairement aux classes vidéo, les classes audio sont portatives; on peut les transporter sur un lecteur numérique ou sur un CD pour en profiter loin d’un ordinateur. Se concentrer sur la voix du professeur sans support visuel permet selon moi de maintenir une meilleure attention sur la pratique. Évidemment, le support audio n’est pas l’option idéale pour un débutant, puisqu’il requiert une connaissance minimale des postures. Chaque classe téléchargée est accompagnée d’un guide visuel en format PDF, mais pour celui qui devrait déchiffrer chacune des postures, l’expérience ne serait pas très agréable. Une version courte mais complète de 20 minutes de la plupart des classes est offerte gratuitement, ce qui permet d’en tester le style, le rythme et le professeur sans engagement. Les versions plus longues de 30, 45, 60 et parfois 90 minutes sont accessibles aux abonnés et sont aussi vendues à la carte, soit en écoute unique (à 1.49$, mais ici, il faut rester près de l’ordinateur) ou en téléchargement (entre 3.99$ et 6.99$ selon la durée de la classe). Avec le temps, je me suis constituée une petite collection qui contient des classes courtes et des plus longues, axées sur les hanches, le tronc, la détente ou la force. Le seul bémol : quelques classes sont agrémentées d’une musique distrayante ou simplement trop présente. Sinon, je recommande le site avec enthousiasme.

Pour ceux qui se posent la question : tous ces sites sont strictement en anglais. Je ne connais pas à ce jour un site équivalent en français, mais s’il en existe ou qu’il s’en crée, il me fera très plaisir d’en faire l’essai.

Un envie de yoga? Pas d’excuses!

Namaste

Publicités


1 commentaire

Le projet yoga

Le projet yoga, c’est un défi de 6 semaines lancé par Emilie, extraordinaire auteur de I Came to Run. Certains d’entre vous se souviendront peut-être que c’était aussi à la suite de son initiative que j’ai participé au défi Embrace : Me. Le projet yoga vise à installer une pratique régulière dans la routine, un objectif pour lequel Emilie propose une série de 5 thèmes, qui correspondent chacun à une intention particulière. Je reprends ici les thèmes suggérés sur son site :

  • Semaine 1 & 2 : Fondements et respiration
  • Semaine 3 : Énergie
  • Semaine 4 : Équilibre
  • Semaine 5 : Ouverture
  • Semaine 6 : Calme

Le projet est assez vague pour le mouler à nos intérêts et à notre pratique, mais il donne juste ce qu’il faut de cadre pour en faire quelque chose de concret. Il est évident qu’on pourrait consacrer une année entière aux fondements et à la respiration, mais l’idée est surtout de prendre le temps (ici, 6 semaines) de donner une intention particulière à la pratique.

J’ai décidé, pour ma part, que je tenterais de mettre les pieds sur mon tapis de yoga tous les jours pour les 6 prochaines semaines, que ce soit pour 5 ou 90 minutes. Mon tapis de yoga est un espace qui me fait sentir bien peu importe les circonstances, je crois donc que je ne pourrai en tirer que des bénéfices.

Depuis lundi, inspirée par une certaine Maman marathonienne, je commence la journée avec une dizaine de minutes de salutations au soleil. La chose se passe ainsi : pendant que le petit déjeune, je déroule le matelas et je m’y mets. Ces courtes séances matinales m’ont fait constater que ma préférence pour le yoga plus exigeant que relaxant (quoique l’un n’exclut pas l’autre) est un obstacle à une pratique plus fondamentale. Le flow fait faire beaucoup de chaturanga et fait trembler les quadriceps, il met l’esprit en contact direct avec la difficulté des transitions et du mouvement, mais son rythme détourne de l’ancrage des postures soutenues.

Pour la phase « fondements et respiration », je commencerai donc le projet yoga en ralentissant. Je tiendrai les postures plus longtemps et je mettrai la variété de côté pour me consacrer aux postures de base, qui sont parfois moins difficiles musculairement, mais demandent plus de stabilité mentale. Ce sera ainsi l’occasion de recentrer ma pratique sur une respiration calme et intentionnelle, et d’oublier pour un moment la respiration qui permet de soutenir l’effort et d’accompagner les transitions. La difficulté sera autre, simplement.

Si le projet vous intéresse, je vous invite à y participer en lui donnant la forme qui vous convient.

Namaste