En forme de femme


6 Commentaires

Je veux bien

Deux forces s’opposaient en moi cette semaine durant mes heures de travail. Dans le coin droit, un combattant cynique et un brin méchant, avec sa bonne vieille rengaine : « À quoi bon? Tu n’y arriveras pas. Et si tu y arrives, ce sera tout au plus médiocre. » Dans le coin gauche, un rival optimiste et posé, avec ses arguments rationnels habituels : « N’abandonne pas. Prend les choses une à la fois et tu viendras à bout de réussir. Comme toujours. »

Le mois de janvier se fait rude au boulot. Rien n’avance comme je le voudrais et mon esprit se disperse en mille lieux.

Lorsque je prends l’air pour mes kilomètres quotidiens, je goûte pleinement le privilège d’avoir la course comme thérapie. Pas seulement pour me dépenser ou pour me distraire ou pour tout oublier, mais aussi pour donner une cohérence et un horizon aux jours qui passent. Écrire une thèse, c’est donner des grands coups de sabre dans le vide durant des mois qui se multiplient, pour s’apercevoir un jour que quelqu’un reçoit les coups et que tout est fini. En suivant un plan d’entraînement et en me préparant pour une compétition, j’ai le sentiment de structurer le grand terrain vague dans lequel je me promène les yeux fermés depuis des années.

Mais en fait, j’ai plutôt tord. C’est ce que j’ai compris cette semaine au beau milieu d’une pratique de yoga. Le professeur a dit : « Yoga is a process. » Respectez votre situation actuelle, a-t-elle continué. Oubliez celle dans laquelle vous croyez devoir vous trouver. Embrassez votre situation et sa place dans le processus. La raison pour laquelle cette évidence m’a été révélée alors que j’avais la tête en bas m’échappe, mais j’imagine que cela a quelque chose à voir avec la décompression de ma colonne vertébrale.

Embrasser sa place dans le processus : je veux bien.

Je veux bien m’imaginer que, comme dans un roman où les retournements succèdent aux longueurs, toutes les étapes ont un sens. Je veux bien me dire que mon histoire aboutira et que ce n’est qu’une question de temps. Qu’il suffit de maintenir ma concentration et de miser sur mon endurance. La course m’a appris l’efficacité de cette méthode.

Dans What I Talk About When I Talk About Running, Haruki Murakami fait précisément cette comparaison. L’entraînement pour la course de fond et la pratique d’écriture requièrent selon lui le même équilibre entre la concentration et l’endurance:

If concentration is the process of just holding your breath, endurance is the art of slowly, quietly breathing at the same time you’re storing air in your lungs. […] Fortunately, these two disciplines – focus and endurance – are different from talent, since they can be acquired and sharpened through training. (78)

Je veux bien m’entraîner. De concentration et d’endurance, on ne peut jamais trop avoir.

Publicités