En forme de femme


3 Commentaires

Le point sur janvier

calendrier
Image by strapontins via Flickr

Février est à nos portes, déjà. Avant de mettre les pieds dedans, je crois qu’il est important de faire le point sur janvier. Au début du mois, je me mettais au défi de prendre conscience de mes besoins en liquides et d’installer dans ma routine quotidienne des habitudes favorables à répondre à ces besoins. C’est sans gêne que j’avoue n’avoir relevé le défi que partiellement. Si ma consommation d’eau s’est sans contredit améliorée, elle est encore inégale et insuffisante.

Lundi matin, devant l’évidence de ma difficulté à relever ce défi pourtant simple, j’ai décidé de tenir un « journal des boissons », qui n’était en vérité qu’un bout de papier sur mon bureau. J’ai pensé que de cette manière, je pourrais comprendre ce qui me posait des difficultés et ainsi trouver des solutions. Voici les résultats :

Jour Café Déca Eau Alcool
Lundi 2 1 8
Mardi 2 2
Mercredi 2 6
Jeudi 1 1 4
Vendredi 3 1 5
Samedi 3 4 2
Dimanche 1 1 2

Au moment où j’écris ces lignes, il n’est que 14h, alors la journée de dimanche n’est pas encore perdue. Le problème est surtout la journée de mardi, que j’ai passé à l’extérieur de la maison. Le va-et-vient entre le bureau, la bibliothèque et les réunions est un important obstacle à ma consommation de liquides en général et d’eau en particulier. Au cours des semaines à venir, il me faudra donc porter une attention particulière aux jours où je travaille à l’extérieur.

Peut-être trouvez-vous que mes statistiques sont plutôt bonnes, pour quelqu’un qui prétend avoir échoué. C’est là l’intérêt de la chose : tenir ce « journal » m’a non seulement donné un moyen concret de mesurer ma consommation d’eau, mais m’a aussi encouragé à en boire davantage. La journée de mardi appuie ce constat : en plus de travailler dans un contexte différent, je n’avais pas le bout de papier sous les yeux pour me rappeler, à 16h, que je n’avais pas encore bu un seul verre d’eau de la journée.

Je pense bien me servir de ce petit astuce encore une semaine, pour voir si il continue de me déjouer aussi habilement.

La première phase de mon programme d’entraînement pour le demi marathon d’Ottawa prend aussi fin aujourd’hui. Il s’agissait avant tout des premiers pas vers une base stable sur laquelle je travaillerai plus intensément le moment venu. J’ai complété toutes les courses au programme et ajouté parfois  du travail au centre (core work) et des courtes séances de yoga. J’ai pris le temps de m’étirer après chacunes de mes courses et j’ai fait la routine de stretching tous les dimanche. Tout cela me fait sentir satisfaite et calme, surtout que mon travail a été particulièrement productif et ma vie familliale généreusement remplie. J’accueille donc février à bras ouverts, en espérant qu’il m’en donnera autant que janvier.

Enhanced by Zemanta
Publicités


2 Commentaires

Janvier à bras le corps

Chaque mois de l’année 2011 sera l’occasion de proposer un défi pour améliorer nos habitudes de vie et favoriser une meilleure forme physique.  Pour le mois de janvier, j’ai pensé aller à l’essentiel et m’attaquer à notre consommation d’eau.

Nous le savons tous: le corps est principalement composé d’eau et l’être humain ne peut vivre très longtemps s’il en est privé. Dans Boire de l’eau: pourquoi et combien?, Lucie Dumoulin et Marie-Michèle Mantha expliquent clairement et sans jargon le rôle joué par l’eau dans le corps humain. Saviez-vous, par exemple, que l’eau sert de lubrifiant pour les yeux et les articulations?

Selon Dumoulin et Mantha, « les gens qui boivent peu encourent le risque de problèmes au foie, au système digestif et même au coeur, ainsi que d’une perturbation du fonctionnement mental – tous des problèmes liés à une baisse du volume sanguin. » Ce qui est le plus étonnant, c’est que nous pouvons être légèrement déshydratés de manière chronique, sans pour autant ressentir des symptômes suffisamment alarmants pour en prendre conscience. En d’autres termes, le mal de tête qui frappe souvent à 16h et que vous attribuez généralement à la fatigue est peut-être un signe de déshydratation.

L’article de Dumoulin et de Mantha propose les principes de base d’une consommation idéale de liquides, mais sur le sujet, les avis sont nombreux et parfois contradictoires. Elles affirment par exemple qu’on ne boit jamais trop d’eau, alors que d’autres spécialistes affirment le contraire. Peu importe le camp dans lequel nous nous rangeons, il est important de prendre conscience de nos besoins en liquides et d’installer dans notre routine quotidienne les habitudes nécessaires à une bonne hydratation.

Cela peut paraître simple, mais boire 2 litres de liquide par jour ne va pas de soi, surtout si le café et le thé sont exclus du calcul. Les raisons pour remettre le prochain verre d’eau à plus tard sont nombreuses: sentiment d’être ballonné, bouteille oubliée, impossibilité d’avoir accès à une salle de toilette pour un certain temps, peu d’attrait pour la saveur de l’eau, etc. C’est là, précisément, le défi. En janvier, j’essaierai de me discipliner à consommer 2 litres d’eau par jour, dans l’espoir que cela devienne une habitude et qu’il ne faille plus y penser.

Si le défi vous appelle, je vous suggère de lire un billet qu’Emilie a publié sur sujet il y a quelques mois. Elle y propose des astuces intéressants, comme celui de coupler une habitude déjà bien installée avec la consommation d’un verre d’eau. Ce truc fonctionne à merveille. Chaque matin, la vitamine gobée sur le pouce est maintenant l’occasion de boire un grand verre d’eau. Je fais une pierre deux coups: après ce verre d’eau, le deuxième café me tente moins.

Pour donner un élan à ce défi – et dans l’esprit de désintoxication qui me prend inévitablement après les étranges orgies du temps des fêtes -, je propose de ne boire que de l’eau pour les 7 premiers jours du mois de janvier. De l’eau, de la tisane et un verre de lait écrémé, rien d’autre. Bannis seront les jus, la caféine et l’alcool. Difficile de penser à une meilleure manière de commencer l’année. Une excellente cure de santé, assurément.

Pour l’année qui vient, je vous souhaite de la santé. Bonne année!