En forme de femme


5 Commentaires

Conclusions

#1 J’aurai 30 ans cet été. Rien de très spécial, on me dira, sauf peut-être que depuis quelques mois, mes amis y passent un à un. Cette semaine seulement, j’ai célébré l’anniversaire de trois d’entre eux (en plus de celui de ma mère). Des amis de longue date, dont la présence me rappelle d’agréables souvenirs et que je me sens privilégiée d’avoir encore près de moi. Pour faire entrer toutes ces festivités dans l’horaire de la semaine, j’ai dû amputer ma semaine de travail de quelques heures, réduire ma charge d’entraînement et me privier d’un dimanche en famille, mais ces concessions vallaient la peine. J’ai ri de bon coeur et pas seulement un peu, ce qui m’a rappellé une fois de plus le pouvoir thérapeutique du rire.

#2 Il faut me rendre à l’évidence: le défi du mois de mars n’était pas un grand succès. L’objectif (ambitieux) était d’ajouter deux séances de musculation à mon programme d’entraînement, mais le mois s’est présenté de telle manière qu’il relevait du miracle de l’atteindre. En survolant mon journal d’entraînement, je constate en effet que j’ai été malade trois semaines sur quatre durant le mois. Mon système immunitaire était certainement à son plus faible et il faut avouer qu’avec un enfant à la garderie, il est difficile de s’en tirer indemne. Je ne conclus pas à l’échec pour autant, puisque je suis tout de même parvenue à intégrer des séances de musculation supplémentaires. Ce qui est dommage, c’est que maintenant que la charge et l’intensité de mon entraînement sont plus importantes, il faudra que je me contente de ma forme actuelle pour me rendre jusqu’au demi marathon.

#3 À propos de lui, justement: j’ai testé un premier scénario lors de ma longue course de cette semaine. La veille, j’ai fait le plein de glucides, je me suis hydratée abondamment et je me suis couchée tôt. Le matin, j’ai pris soin de bien mastiquer mon petit déjeuner de course. J’ai fait un plan mental de ma sortie (allure, parcours, attitude, objectifs, etc.) et j’ai enfilé ma Fuel Belt, remplie de Gatorade au citron et de Gu Chomps à l’orange. Un scénario parfait, que je me promets de répéter lors de ma prochaine longue sortie.

#4 Ma routine n’est plus. Elle s’est évaporée. Cette semaine, je me suis retrouvée à veiller jusqu’à 2h30 du matin à deux reprises, dont l’une au milieu de la semaine, et à passer beaucoup de temps sur la route. Il s’agissait en quelque sorte du point culminant d’un mois instable, durant lequel rien ne se déroulait comme prévu. Puisque je sens que j’en ai déjà beaucoup sur les bras et puisque le mois d’avril en est déjà à sa 4e journée, j’ai décidé de faire du mois d’avril le mois du strict minimum. L’objectif est de ne m’imposer rien de plus que ce qui est nécessaire: pas d’heures supplémentaires au boulot, pas de nouvelle exigence d’entraînement, pas même de défi à relever. Passer au travers des jours, un à la fois, tout simplement. Remettre le train sur les rails et sentir la stabilité du sol sous mes pieds.

#5 Cette semaine marquait la fin du défi Embrace:me. Il s’agissait d’un merveilleux défi (merci Emilie!), puisqu’il m’a obligée à m’accorder plus d’indulgence et à penser à ce qui me ferait du bien à tous les jours. Dans l’ensemble, cela signifiait le plus souvent de m’accorder le droit de me reposer sans culpabilité. Ce défi a marqué une nouvelle étape dans un long processus entamé depuis deux ans, dont l’objectif est de désapprendre à être productive et performante à tout prix. J’ai compris durant ces 30 jours de petits soins quotidiens qu’il faut pour cela introduire  un peu de lenteur dans ma vie. Ceux qui me connaissent savent que l’affaire n’est pas dans le sac.

Au total: 25 Km de course, 1 heure de yoga, 45 minutes de musculation.

Publicités


1 commentaire

Méli-mélo du dimanche ou de la gratitude

One of the vertical drops on the Kraken

Image via Wikipedia

En calculant la moyenne des grands hauts et des grands bas de cette semaine, je peux arriver à la considérer équilibrée. Mais il y a quelque chose d’épuisant à gérer les extrêmes, et j’espère que de ces semaines en montagnes russes, j’en rencontrerai le moins possible prochainement.

Ma semaine de course était merveilleusement lancée mardi, avec une séance contenant un segment tempo d’une durée de 24 minutes. Malheureusement, une gastro m’a laissée sans force et mal en point au milieu de la semaine, m’obligeant à faire le deuil de deux sorties. Aujourd’hui, une amie m’a sortie de ma torpeur et m’a amenée dans le grand vent pour une longue course sous le soleil, définitivement difficile, mais ô combien nécessaire. Première gratitude.

Dans le dossier de la musculation, cette semaine fait pâle figure (voir plus haut pour les détails): une seule séance a fait son chemin vers mon journal d’entraînement. Je suis toutefois parvenue à intégrer deux pratiques de yoga à mon horaire, et malgré le fait que l’une et l’autre m’ont mise au défi, je me félicite de les avoir complétées. Deuxième gratitude.

Vendredi soir, après avoir réussi à ingérer une soupe Lipton, du pain sec et un peu de Gatorade, et en compagnie d’une amie qui me fait toujours aimer un peu plus l’amitié, je me suis rendue à l’Olympia pour un spectacle acoustique donné par Jeff Tweedy, tête d’affiche de Wilco. Une surprenante première partie du groupe Snowblink a donné le ton à la soirée: just what the doctor ordered.

J’en étais à mon 4e spectacle du groupe (même si celui-ci était, justement, sans groupe). Jeff Tweedy s’est présenté sur une scène sans décor avec 6 de ses guitares, un micro et un ampli, pour livrer une performance solo remarquable et sans prétention. Le pari était de taille: réduire la masse sonore et la complexité des chansons à quelques cordes, vocales et de nylon. La formule intimiste a permis à Tweedy de présenter des versions « soirs d’été autour d’un feu de camp », en plus de laisser plus de place à l’interaction avec le public. Avec son éternel humour aigre-doux, il a soulevé le rire de la salle du début à la fin. Il n’a pas encore joué la chanson que j’attends toujours, mais je garde espoir pour les prochaines fois. J’ai quitté la salle revigorée: troisième gratitude.

Cette semaine, pour le défi Embrace:me, je me suis accordée du repos et du sommeil à tous les jours. De l’indulgence, aussi, pour ce qui n’allait pas comme je l’aurais voulu. Grand bien m’en a fait.

Au total: 22 Km de course, 1 heure de musculation, 1h30 de yoga.

Enhanced by Zemanta


6 Commentaires

Méli-mélo du dimanche

The MOOON!

Image by slurv via Flickr

Hier soir, j’ai eu la chance d’observer la « super lune », cette pleine lune qui paraît plus grande et plus brillante qu’à l’habitude parce qu’elle se trouve très près de la terre. Il s’agit d’un phénomène rare: les dernières remontent à 1955, 1974, 1992 et 2005. Les jeux d’ombres de ses cratères étaient prononcés et son éclat m’a semblé à la fois hypnotisant et apaisant. Cette lune s’est ajouté à mon petit réservoir d’images à évoquer pour me détendre ou méditer.

Pour l’anniversaire de mon fils, je me suis lancée dans le projet fou de lui préparer un gâteau 3D en forme de Flash McQueen, héros du film Cars. Il adore ce film et les autos en général. Je me doutais bien que cela lui ferait très plaisir. Voici le résultat:

J’aurais voulu que cette semaine soit celle de la routine bien banale et du plan suivi à la lettre, mais plus elle avançait, plus elle ressemblait à une semaine courte-pointe, rapiécée et colorée à l’excès, qu’il me fallait coudre un morceau à la fois pour tenir ensemble.

Malgré tout, des pages ont été écrites et des kilomètres ont été courus. Même si j’ai sauté une de mes séances de musculation au profit du gâteau et que j’ai aussi dû faire le deuil de ma pratique de yoga, je termine la semaine satisfaite et plutôt fière.

J’ai déjà dit que j’avais complété de belles courses de qualité, cette semaine. La longue course d’aujourd’hui a couronné le tout merveilleusement. J’étais un peu nerveuse avant de sortir de la maison, puisque je n’avais pas couru cette distance depuis 2008. C’était un après-midi magnifique et parfait pour courir: du soleil, une brise douce et de l’air frais. Non seulement j’ai parcouru les 16 Km au programme, je l’ai fait avec plaisir, sans douleur et à un bon rythme. J’étais tout sourire à mon retour.

Cette longue sortie m’a fait réaliser qu’il est maintenant temps d’expérimenter en vue du demi marathon d’Ottawa:  scénario de la veille, carburant, allure, stratégie, etc. Il est temps, surtout, de veiller à ce que pour les 10 semaines restantes, je ne me permettre aucune dette de sommeil. Aucune.

Finalement, j’ai envie de dire que j’éprouve un important manque de yoga. J’ai négligé ma pratique dans les dernières semaines, au profit de l’augmentation de ma charge de musculation. Il est évident que l’augmentation de cette charge était ambitieuse et qu’elle était surtout, on me pardonnera la tautologie, très chargée. Je jongle avec une thèse et une vie de famille, quand-même. Peu importe le déroulement de la journée de demain, j’y introduirai un peu de yoga.

Jours 13, 14 et 15

… du Défi Embrace:me. Vendredi, j’ai passé une merveilleuse soirée sur un banc d’église, à écouter mon amoureux et un quatuor à corde jouer les quintettes de clarinette de Mozart et de Brahms. Je n’avais pu assister à un de ses concerts depuis l’été dernier et c’était un plaisir sans mesure. Dès les premières notes, j’ai su que ce concert me ferait le plus grand bien. Hier et aujourd’hui, j’ai pris de vraies journées de congé.

Cette semaine: 35 KmEnhanced by Zemanta de course, 1h15 de musculation.


13 Commentaires

Décharger le trop plein

page 61

Image by D'Arcy Norman via Flickr

Mon silence est d’or, ou quelque chose comme ça.

Je respire les dernières bouffées d’air d’une semaine éreintante. Le boulot prend le meilleur de moi et je ne fais qu’espérer qu’il me laissera un peu d’énergie pour le week-end à venir. Nous célébrons le 2e anniversaire de naissance de mon fils!

La rédaction de ma thèse, maintenant bien enclenchée, siphonne toute ma personne. C’est un étrange sentiment, que d’être vidée ainsi tous les jours depuis quelques semaines. Les pages s’accumulent peu à peu, jour après jour, mais pour tout dire, j’ai le sentiment que dans chacune d’elles je laisse une petite partie de moi-même.

La rédaction est une période envahissante. Je pense à l’articulation d’un paragraphe au déjeuner, je réfléchis à une manière de tourner une idée dans la douche et avant d’aller au lit, tout cela passe et repasse dans ma tête. Peut-être que je suis un peu absente de l’univers, en réalité, il faudrait demander à ceux qui vivent avec moi. La rédaction n’est pas une activité qui va naturellement avec la vie de famille. On peut faire fonctionner cette rencontre moyennant beaucoup d’efforts, mais cela ne va certainement pas de soi.

Heureusement que pour décharger le trop plein je n’ai qu’à enfiler mes Asics et sortir de la maison. Il y a longtemps que la course assure l’équilibre de ma vie entière et tout particulièrement dans ces périodes où ma tête est solicitée à un point tel que mon corps semble trop petit pour la contenir.

Cette semaine, j’ai accompli deux courses exigenantes avec beaucoup de fierté. La première, une course « tempo », était composée d’une période d’échauffement de 25 minutes, d’un segment de 18 minutes au rythme tempo et d’une période de retour au calme. Le rythme tempo est une vitesse à peu près à mi-chemin  entre celle qui est confortable et celle du sprint. On la décrit souvent comme une vitesse de « difficulté confortable ». On peut la tenir pour une certaine période de temps, mais non sans effort. C’est une vitesse qui demande du focus.

Je ne me suis jamais entraînée aussi sérieusement pour mes courses antérieures, parce que mon but était avant tout de franchir le fil d’arrivée. Cette fois-ci, je me suis fixé un objectif précis et je travaille donc en fonction de cet objectif. Avant mercredi, je n’avais jamais couru une si longue distance au rythme tempo et en quittant la maison, je manquais de confiance. Lorsqu’est venu le temps de commencer le segment, je me suis simplement dit: fais de ton mieux, c’est toujours suffisant.

Pour courir ces 18 minutes au rythme tempo, il a fallu que je mette absolument toute mon attention sur mon corps. Me concentrer sur ma respiration, tenir mes épaules bien droites, vérifier tous les 5 pas si des tensions ne s’accumulaient pas dans le haut de mon corps, veiller à ce que mes jambes tournent bien, vérifier si mes yeux n’étaient pas plissés, ma mâchoire serrée, etc. Du focus, je disais.

Je ne portais pas mon ipod et je suis convaincue que c’est en partie parce que je n’étais pas distraite par la musique que j’ai réussi à faire les 18 minutes au programme. J’avoue que j’imagine mal faire 20Km tranquilles sans musique, mais je ne suis pas certaine qu’à l’avenir je remettrai des écouteurs dans mes oreilles pour mes courses de qualité.

Cette course m’a appris que j’étais plus forte que je le croyais et pour cette raison déjà, elle était un merveilleux moment. Elle a aussi déchargé le trop plein, vidé ma tête entièrement pour 18 longues minutes et cela, je vous assure, n’a pas de prix.

La semaine prochaine, je tenterai le coup pour 21 minutes.

Jours 10, 11, 12 et 13

…du défi Embrace:me. Pour prendre soin de moi cette semaine, j’ai fait de l’exercice tous les jours. Rien de plus. Je tâcherai de m’accorder plus d’attention dans les prochains jours.

 

 

Enhanced by Zemanta


3 Commentaires

Méli-mélo du dimanche

Les billets de « récap » sont à la mode, paraît-il. Qui a dit que j’étais originale?

On pourrait appeler la semaine qui se termine une semaine d’expérimentation, puisque je n’ai pas fait les choses comme à l’habitude. Je me suis levée plus tard, je me suis couchée plus tard aussi, j’ai fait des substitutions dans mon plan d’entraînement, j’ai déplacé l’heure de mes sorties de course en après-midi, j’ai couru sur un tapis roulant au moins autant que sur la route, j’ai passé quelques heures devant la télévision, j’ai été moins stricte sur mon alimentation et je me suis laissée distraire au boulot.

Le verdict: mieux vaut m’en tenir à la routine bien rodée. Cette semaine, je ferai tout en mon pouvoir pour m’en tenir au plan: réveil à 5h, course avant le lunch, interdiction de flâner sur le web, dans les livres ou ailleurs dans mes pensées sur les heures de travail, musculation le soir et pas trop tard, au lit à 22h, pas une minute de plus. Voilà.

Mauvais coups de la semaine: Malgré mes efforts, j’ai accumulé une dette de sommeil, surtout parce que mon fils était grippé et qu’il se réveillait plusieurs fois la nuit. J’ai aussi perdu mon ipod (à peine un nouveau-né), ce qui veut dire que je devrai vivre les prochaines semaines sans musique pour la route. Dommage.

Bons coups: J’ai réussi à prendre soin de moi tous les jours, grâce au défi Embrace:me. [Compte-rendu des derniers jours: vendredi, réveil plus tard; samedi, journée en famille sans soucis, dimanche: cuisine en gros pour alléger les tâches de la semaine prochaine.] J’ai bouclé mon plan d’entraînement à quelques détails près et j’ai fait ma longue course de la semaine avec une amie.

Au total: 29 Km de course, 2h45 de musculation, 30 minutes de yoga.

Enhanced by Zemanta


2 Commentaires

Tapis, tant pis

 

Snowflake. Small microscope kept outdoors. Sna...

Image via Wikipedia

La météo n’est pas clémente, non monsieur, non madame. De la neige à la tonne aujourd’hui et de la pluie jusqu’à samedi: si la tendance se maintient, les tapis roulant vont chauffer pour les prochains jours au Québec.

Il y a à peine quelques jours, on s’imaginait porter nos shorts et courir au rythme du chant des oiseaux amoureux, mais ce n’était hélas qu’une rêverie trop optimiste. On doit encore s’accorcher à nos mitaines pour quelques semaines et trouver le moyen de garder le moral.

Brainstorming à venir.

•♦•

Jour 5

… du défi Embrace:me.

Hier soir, après le souper, je me suis fait la faveur (avec la bénédiction de la tendre moitié) de m’allonger dans le divan pour regarder la télévision un peu, pendant que le ménage de la cuisine s’effectuait par magie (ou presque!) Un 30 minutes bien relaxant.

Enhanced by Zemanta


8 Commentaires

Mise à jour

Mon plan, affiché sur le frigo et maintenant amputé de la semaine 12

Hier après-midi, pour je ne sais quelle raison, je me suis prise à compter les semaines qui me séparent du demi marathon d’Ottawa. Le compte : 12. J’ai immédiatement eu la puce à l’oreille et, faisant le va-et-vient entre le calendrier et mon plan d’entraînement, j’ai compris que j’avais fait une erreur grossière en préparant ce dernier. Il compte en effet une semaine de trop.

En principe, cela ne fait aucune différence; j’ai amplement le temps de me préparer. Ce qui m’irrite, c’est, d’une part, d’avoir raté le bateau sur un aspect aussi important et, d’autre part, le fait qu’en composant ce plan, j’ai bien réfléchi à l’enchaînement des cycles de développement et des périodes de repos, ce que cette simple petite semaine en trop vient bousiller d’un coup.

J’ai réfléchi aux différentes manières de mettre à jour ce plan et j’en suis arrivée à la conclusion que la meilleuse solution était d’éliminer la semaine 12. De cette manière, je crois pouvoir maintenir l’équilibre du plan tout en assurant la progression sécuritaire du volume de course. La semaine éliminée est une semaine de récupération, mais puisque mon cycle de développement actuel a déjà été altéré par la semaine dernière, il est tout à fait réaliste d’envisager ce changement. Pour me pardonner cette élimination et pour ménager mes jambes, je troquerai un entraînement de vitesse de la semaine 13 (devenue semaine 12) pour une petite course au rythme d’endurance.

Suis-je la seule au monde à pouvoir faire une erreur aussi bête? Plutôt que de mâcher cette question, je vais essayer d’investir mon énergie dans l’exécution du plan. J’en aurai besoin, d’ailleur, parce qu’il est de plus en plus chargé.

•♦•

Jour 4

… du défi Embrace:me.

Puisque j’essaie de ne pas passer du temps devant l’ordinateur avant d’aller au lit, j’ai pensé qu’il vaudrait mieux partager mes petits soins le lendemain plutôt que le jour même.

Hier, donc, je me suis fait le cadeau de ne pas mettre le cadran. Ce n’est pas vraiment comme si j’avais fait la grasse matinée — mon fils ne se réveille jamais après 6h30 — mais c’était quand-même 1h30 de plus au compteur. J’ai réalisé que la dernière dizaine n’était pas ma plus grande réussite dans le domaine du sommeil, et puisque je fuis les dettes de sommeil tout autant que les autres, je me suis reprise.