En forme de femme

Mauvaises habitudes à vendre

3 Commentaires

Une chose qui m’a toujours fascinée à propos des habitudes, c’est à quel point les bonnes sont difficiles à installer et les mauvaises à déloger. Je sais que les bonnes de l’un sont les mauvaises de l’autre, et qu’en matière d’habitudes, nulle loi ne fait autorité, mais je ne crois pas connaître une personne qui se débarrasse facilement de ses faux plis pour en presser de nouveaux en criant ciseaux.

Lorsque je me lance un défi d’une durée déterminée, je maintiens une discipline de fer sans problème. Mais lorsqu’il s’agit d’introduire un élément étranger à ma routine pour une durée indéterminée, voire illimitée, les choses se compliquent. Des dizaines d’exemples me viennent à l’esprit où mes résolutions sincères n’ont pas réussi l’épreuve du temps.

Le défi Une planche par jour a réveillé ce problème qui me mystifie depuis longtemps. Le premier tiers du défi est derrière moi, et je suis déjà convaincue que je n’oserai pas sauter un jour d’ici le 31 décembre. Ces courtes séances quotidiennes (1 à 7 minutes) me font un grand bien; elles stabilisent mon centre et me donnent l’impression de faciliter tout le reste. Moi qui déteste rentrer d’une course pour me mettre au tapis, j’exécute mes planches sagement après avoir enlevé mes souliers comme si je faisais cela depuis toujours.

Si seulement cela pouvait durer…

Certains affirment qu’il faut 21 jours pour acquérir une nouvelle habitude. Tous les livres de psycho-pop sont placardés de cette idée farfelue, qui ne peut que décevoir ceux qui ont voulu y croire. Je pense plutôt que c’est précisément après trois semaines qu’il faut déployer nos ressources profondes pour ne pas fléchir sous le poids des vieilles manières.

L’ennui, avec les habitudes, c’est qu’elles se disputent un espace limité. Pour en introduire une nouvelle, il faut en renvoyer une autre : pour se lever plus tôt tous les matins, il faut aller au lit plus tôt tous les soirs, ce qui fait deux changements à administrer en même temps. Rien d’étonnant à ce que cela pose autant de difficulté. Mais avec de la détermination, de la patience et du temps, rien n’est impossible. C’est ce qu’on dit.

Je ne me fais aucune illusion sur le destin de mes planches quotidiennes, mais je vais essayer de trouver le moyen d’en glisser quelques unes dans mon horaire après avoir complété le défi. En attendant, je continue à méditer sur les bonnes et les mauvaises habitudes, sur celles que je rêve de faire miennes et sur celles que j’ai mises à vendre depuis belle lurette et qui continuent d’accumuler la poussière dans le grenier.

Publicités

3 réflexions sur “Mauvaises habitudes à vendre

  1. Tellement vrai, une belle réflexion tout ça. L’important c’est de continuer à essayer.

  2. Moi j’y crois qu’il faut 3 semaines pour faire ou se défaire d’une habitude car ça a marché à plusieurs reprises pour moi.
    3 semaines, c’est peu et c’est beaucoup en même temps.
    N’oublions pas, cependant, l’envie et la volonté qui correspondent également à 80% du boulot dans ces 3 semaines.

  3. Il y a un point qui sous-tend tout celà: le manque de temps. Lorsque nous faisons quelque chose de nouveau, nous abandonnons ce que nous faisions par manque de temps. On ne peut pas tout faire. Je trouve intéressante ton idée que les vieilles habitudes se retrouvent au grenier. Comme les vieux souvenirs…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s