En forme de femme

Montréal-Boston au pas de course

4 Commentaires

Rassurez-vous, je n’ai ni l’intention de me lancer dans l’ultramarathon ni d’aller courir le mythique marathon de Boston — si la tendance se maintient, mes descendants de 4e génération devraient pouvoir se qualifier. Il s’agit plutôt d’un bilan de mon année de course.

J’ai couru cette semaine mon 1000e kilomètre depuis janvier. Un beau chiffre rond et dodu que j’aime bien me représenter sur une carte routière: un aller-retour de Montréal à Boston, rien de moins.

Demain matin, je me tiendrai fièrement sur le Pont Jacques-Cartier, qui accueillera des miliers de sportifs professionnels et amateurs pour le marathon et le demi-marathon de Montréal. Fièrement, parce que le destin qui miroirait devant mes yeux de fillette et d’adolescente n’avait rien en commun avec celui que je m’invente tous les jours depuis dix ans. Rien à voir avec les médailles de participation, les vêtements techniques, la sueur libératrice et les villes traversées contre la montre.

À peine a-t-on mis un orteil dans la communauté des coureurs qu’on entend déjà des dizaines d’histoires mélodramatiques, aussi vraies qu’incroyables, dans lesquelles des gens malades, déprimés, endeuillés, anxieux ou simplement en quête de changement voient leur vie sauvée ou transformée par le simple fait d’enfiler des chaussures à lacets quelques fois par semaine et de se regrouper de temps à autre pour franchir 5, 10, 21,1 ou 42,2 kilomètres.

Impossible, une fois sur le parcours d’un événement comme le marathon de Montréal, de ne pas penser que chaque coureur a son histoire, exceptionnelle ou banale, et qu’il vient en partager la face visible et l’accomplissement provisoire. Rares sont les occasions où se recoupent de manière aussi hamonieuse le parcours de vie, le parcours de l’esprit et le parcours d’un espace. Heureux sont ceux qui le font en bonne compagnie.

Publicités

4 réflexions sur “Montréal-Boston au pas de course

  1. Quelle belle façon d’illustrer à la fois l’esprit de la communauté des coureurs et l’individualité de chacun!

  2. Belle réflexion ! Chacun d’entre nous a son histoire et une course comme celle que tu vas vivre demain est une grande communion d’esprit et de coeur.

  3. C’est super émouvant lorsqu’on pense à toutes les histoires derrière les coureurs. Une communauté riche 🙂

  4. La course à pied en général, et les évènements de course en particulier, c’est…. symphonique!!!!!!! Beau billet Sonia!!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s