En forme de femme

Entraînement, vacances et autres plaisirs

6 Commentaires

Je reviens tout juste de vacances bien méritées. Avant de lever les voiles pour Québec avec mon mari et mon bout de chou, j’ai consacré trois semaines à des travaux de rénovation, joyeusement entrecoupés des célébrations de mon trentième anniversaire et de celui de mes amis nés en juillet (ils sont plusieurs). La veille de notre départ, nous tenions une grande fête familiale pour laquelle j’ai dû faire beaucoup de préparation. Grand ménage et bagages, on a filé sans rouspéter.

Mon dernier séjour à Québec remontait à 1999 à l’occasion du grand spectacle de la Saint-Jean-Baptiste, une expérience peu édifiante en soi (après un rapide calcul, vous comprendrez que j’avais à l’époque environ 18 ans) et qui, de surcroît, n’avait guère rendu justice à la ville. Puisque mon mari est un militaire, nous avons eu la chance de pouvoir loger à la Citadelle pour 30$ par jour. Rien de très luxueux, évidemment, mais en plein coeur du Vieux Québec pour si peu, on ne saurait demander mieux.

Faire les bagages pour ce petit séjour m’a fait sourire: il y avait dans ma valise presqu’autant de matériel de course et de yoga que de vêtements de tous les jours. Même si j’étais à l’extérieur et que je souhaitais me reposer, j’avais l’intention de profiter du changement de décor pour courir. Ce que j’ai fait, sur les Plaines d’Abraham à mon grand bonheur. Ma première sortie prescrivait 9 Km tempo, mais la chaleur accablante de l’après-midi m’a convaincue de m’en tenir à 6 Km. Avec l’allure tempo et les côtes, j’en ai eu pour ma sueur même avec 3 Km en moins.

Des fractionnés m’attendaient deux jours plus tard, sauf que je caressais l’envie d’affronter la bête, c’est-à-dire l’escalier du Cap-Blanc et ses 398 marches. Après l’échauffement, 1Km à l’allure tempo et la descente, j’ai donc commencé l’ascension. Trop rapidement, de toute évidence, car j’ai dû me contenter de monter en marchant avant même d’atteindre le premier palier. L’orgueil en a pris un coup pour quelques minutes, mais j’ai rapidement révisé mon jugement: pour réussir à monter 398 marches en courant, il faut s’entraîner dans des escaliers. Et j’en étais à ma première fois… Cette sortie m’a tout de même plu énormément, ne serait-ce que parce qu’elle m’a fait faire quelque chose de nouveau. En rentrant, j’ai dit à mon mari: « Si on avait des escaliers comme ceux-là près de chez nous, je m’y entraînerais toutes les semaines. »

Ma troisième sortie était tranquille, quoique difficile en raison de la chaleur encore une fois. J’ai fait le grand tour des Plaines en butinant d’une fontaine à l’autre et en explorant les sentiers. Heureusement que toute la famille a abouti à la pataugeoire en fin d’après-midi. Ces terrains inconnus ont fait un grand bien à mon moral et à mon entraînement, qui va bon train mine de rien.

Nous sommes rentrés à la maison dimanche midi et j’ai fait ma longue sortie de la semaine dans la soirée, en poussant le petit dans le Babyjogger. J’avais 1h50 de course au programme, j’ai donc choisi un terrain plat. Et, comme je le fais depuis le début de ma préparation pour le demi-marathon de Montréal, j’ai couru un ratio 9:1 (9 minutes de course suivies d’une minute de marche). Cela divise ma longue sortie en une série de segments de 10 minutes (une excellente stratégie mentale), mes jambes se fatiguent à peine et mes lendemains sont doux. J’ai eu jadis des préjugés à l’égard de cette méthode, mais je suis tout à fait convaincue aujourd’hui. Voici ma semaine en image (les entraînements sans chiffres représentent mes pratiques de yoga):

Voilà pour l’entraînement et les vacances. Les autres plaisirs? Le Rossignol et autres fables de Stravinsky au Festival d’opéra (avec la participation de mon talentueux mari à la clarinette basse), les fish & chips au Comptoir, le smoked meat chez Brynd, la gelato « chocolat amer et noisettes » de Tutto Gelato, le verre de Gentil pendant la soirée (et le deuxième aussi), la sieste en début d’après-midi et le temps passé avec mes deux amours.

Publicités

6 réflexions sur “Entraînement, vacances et autres plaisirs

  1. Tu es venu passer tes vacances dans ma cour. Les Plaines d’Abraham, quel beau terrain de jeux. Effectivement, ça fait du bien de courir dans des endroits différents. C’est un renouvellement mental du plaisir de courir.

    • François, j’ai pensé à toi quand j’étais là-bas. Je me demandais si j’allais te croiser. Nous n’avions pas de connexion internet, sinon j’aurais essayé de faire quelques Km avec toi!

  2. Quelle belle escapade estivale!!! Tu en as bien profité, c’est génial!!! On es tous pareils, pour la valise et les effets de course (et c’est ce que je place en premier!!!!) Haha!!!

  3. Hahaha! Vous avez bien raison pour les vêtements de sports, à notre retour il y avait plus de vêtements de sport à laver que tout autre.
    Beau récit Sonia, j’ai beaucoup cette série de marche aussi, que j’ai monter d’un bon rythme, mais pas en courant!… Chapeau!! 🙂

  4. Bonjour! C’est la première fois que je tombe sur ton blogue. Ça m’a fait sourire et rappelé de bons souvenirs lorsque j’ai lu que tu as tenté une course pour la première fois dans l’escalier du Cap-Blanc. J’habite à Québec et je pratique le Taekwondo depuis 18 ans. Pour les gros examens de ceinture noire, l’une des épreuves est justement la course dans cet escalier. Et moi, je devais le courir 4 fois sans pause! Je t’assure que ça m’a pris plusieurs fois avant de réussir de le courir une seule fois (ça m’a pris 4 pratiques si ma mémoire est bonne). Mais dès que tu le réussis une première fois, c’est plus facile pour les montées suivantes. Tes jambes se reposent un peu alors que tu joggues dans l’escalier pour redescendre. Alors, tu peux dire à ton orgueil que c’est très normal de ne pas avoir réussi la course dès la première fois!

    • 4 fois sans pause? Tu es mon idole! Depuis mon retour de vacances, j’ai découvert par hasard un sentier près de chez moi avec 3 escaliers d’une vingtaine de marches chacuns. Ce n’est pas le Cap-Blanc, mais ça pourra certainement aider de m’y entraîner. La prochaine fois que je passe à Québec, je prendrai ma revanche…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s