En forme de femme

Survivre à l’affûtage

8 Commentaires

10 jours seulement me séparent du demi-marathon d’Ottawa. J’ai traversé plus de 20 semaines d’entraînement pour m’y préparer et maintenant que le grand jour approche, je dois lutter pour me convaincre que j’arriverai à atteindre mes objectifs. Rassurez-vous: je réussis plutôt bien. Je sais que durant la période d’affûtage, il est normal de sentir qu’on a perdu la forme, de douter de nos capacités et aussi de vivre des émotions inhabituelles.

L’affûtage (taper, en anglais) est une période d’entraînement qui précède immédiatement la compétition et dont la durée peut varier d’une à trois semaines selon la distance de la compétition. Elle consiste tout simplement en une augmentation du repos, qui se traduit la plupart du temps par une réduction du kilométrage hebdomadaire et par l’abandon des séances de musculation. L’objectif: reprendre des forces. Le principe est sensé et les études sont nombreuses à vanter les mérites d’une bonne période d’affûtage. Dans les faits, par contre, les choses ne se passent pas aussi facilement.

Certaines personnes se sentent déprimées, d’autres font des crises de panique. Des douleurs inusités apparaissent, le pèse-personne devient un ennemi, les pieds semblent avoir été remplacés par des blocs de béton ou au contraire des fourmis surexcitées prennent le contrôle des jambes. C’est normal. Dans un article intitulé « Taper Traps », Dave Kuehls appelle ces symptôme les taper tantrums.

« Runners develop not only a physical but also a psychological dependency on running, » says Troy Smurawa, M.D., a 2:46 marathoner and physician at Akron Children’s Hospital Sports Medicine Center. « So when runners take time off, they go through withdrawal. » Hence, the weird constellation of mental and physical symptoms that crop up during the taper.

Qu’on se le dise: les symptômes sont difficiles à éviter. Les connaître et les accepter comme une partie intégrante de l’entraînement permet toutefois de mieux les gérer. L’article de Kuehls cité plus haut fournit plusieurs solutions pour affronter ces indésirables troubles de dernière minute. Bob Cooper propose quant à lui une méthode détaillée qui tient compte des aspects physiques comme des aspects psychologiques. Son article « It’s Taper Time » est destiné aux marathoniens, mais peut très bien servir les coureurs de toutes les distances, à condition qu’ils adaptent les conseils à leur épreuve. Sa méthode de préparation mentale m’a fait réfléchir. Elle propose entre autres de visualiser les situations problématiques potentielles afin de leurs trouver des solutions à l’avance. Pas bête.

Devant tant de sagesse et de science, je m’incline. Je me sens, certes, comme un gros légume racine sur le canapé. Au beau milieu de ma course, cet après-midi, je me suis mise à douter de ma capacité à tenir l’allure que j’ai pourtant préparée à la sueur de mon front. L’arche de mon pied droit existe tout à coup et je suis terrorisée à l’idée d’être blessée. Mais j’embrasse tous ces sentiments bizarres en me rappelant qu’ils font partie du processus et qu’ils ne peuvent, en 10 jours, renverser 20 semaines d’entraînement. J’ai confiance en cet entraînement, après tout, et peu importe l’issue du demi-marathon le 29 mai prochain, l’entraînement aura été, en lui-même, une véritable réussite.

Publicités

8 réflexions sur “Survivre à l’affûtage

  1. C’est une période très importante et souvent négligée. 10 jours pour conserver 20 semaines d’entraînement, c’est pas si pire. Bonne fin de préparation.

  2. Les mots magiques à répéter: « Ça », « va », « bien », « aller ». En les répétant ensemble, dans cet ordre, à la bonne vitesse, on fini par y croire !
    Changement de propos, merci pour « Ça » les références sur « va » l’affûtage, je reviendrai les « bien » lors lors de mon affûtage « aller » de fin août. 🙂

  3. Très bon billet Sonia. Comme toujours, tu te documentes aux bonnes sources. Moi, j’ai hâte au taper pour prendre l’entrainement plus mollo. J’ai tendance à trop m’entrainer durant mes semaines pré-taper et on dirant même que mon taper de 3 semaines avant le marathon n’est pas suffisant. J’essaye un nouveau programme cette année avant le marathon des Deux-Rives. Ça va peut-être mieux aller.

  4. Tu y es presque!! 🙂 Go!Go! En passant j’adore ta nouvelle photo toute ensoleillé. Bonne journée Sonia!

  5. En effet, l’affûtage permet de faire des réserves de grrrrrrrrr et l’avoir écrit comme tu l’as fait va aussi t’aider dans le préparation du jour J. Bonne chance!

  6. Go Go Go Sonia!!!
    (fais-toi des massages à l’arche du pied pour l’assouplir !)

  7. Affûtage! Il arrive toujours avec toute la belle excitation pré-course qui vient nous envahir!!! Mais en même temps (quel est le mystère?) les lettres du mot affûtage (ou taper) ont la fâcheuse habitude de se transformer en  »doutes sur mes capacités » avant d’arriver à mon cerveau!! Mais bon, on y croit car c’est très bien documenté et on y croit car on l’a nous-même expérimenté!!
    Je te souhaite une bonne période d’affûtage!! N’oublie pas que pour nous, l’affûtage, c’est comme les semaines précédant Noël pour les enfants; c’est un peu de la torture, mais quelle excitation!! Tu peux te reposer, ta forme est parfaite pour ce qui t’attend à Ottawa, nous on le sait!!!

    • C’est drôle que tu compares l’affûtage avec la période de Noël parce que je pensais justement à cette comparaison! Pour les non-coureurs, j’ai pensé comparer cette période aux journées qui séparent l’achat des cadeaux de Noël et le moment où on peut enfin les offrir. Pour moi, c’est une torture!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s