En forme de femme

Rien ne sert de courir

17 Commentaires

Mon genou gauche fait des siennes.

La douleur s’est manifestée vendredi dernier, durant ma longue course de 16 Km. Elle s’est dissipée durant les trois jours de repos qui ont suivis et est réapparue mardi durant ma course tempo. Cette douleur m’a prise par surprise, puisqu’elle n’a été précédée d’aucun signe précurseur et qu’elle survient à une période  où mon kilométrage a été diminué par les rhumes, gastros et autres inconvénients. Elle ne figure pas non plus parmi mon curriculum de blessures sportives — la périostite est en vérité la seule à laquelle j’ai dû faire face — ce qui fait que rien ne m’y préparait.

Aucun déni n’est ici en jeu (les coureurs sauront de quoi il est question), je dirais même que depuis mon entrée dans la sympathique communauté de DailyMile, je suis aux aguets. J’y côtoie virtuellement plusieurs athlètes qui gèrent courageusement des blessures et je sais qu’il ne sert à rien de faire l’autruche: la douleur revient pour sa vengeance.

Mon genou gauche fait des siennes, dis-je, et il me faut réorganiser mon horaire d’entraînement. Encore. Étrangement, je suis moins irritée que je ne l’aurais cru par ce tour du destin. La seule chose à faire est de laisser mon genou prendre du repos et j’ai choisi de ne pas doubler la douleur physique de frustration. J’ai ma petite idée sur l’origine de cette douleur — un mélange de surentraînement, de manque de sommeil et de faiblesse dans les fessiers et les hanches —, je compte donc m’attaquer à la source du problème plutôt qu’à ses effets.

Hier, en revenant du boulot, j’ai décidé fait une ballade avant d’attraper mon train. J’ai quitté le centre-ville en montant l’avenue du Parc, les mains dans les poches et le regard doux derrière mes verres fumés. Le soleil descendait lentement de l’autre côté de la montagne et l’air frais était tout simplement bienvenu dans mes poumons. Je ne pourrais expliquer pourquoi, mais je me suis sentie infiniment jeune et libre. 3 Km plus loin, j’ai attrappé un latté et j’ai sauté dans le bus pour prendre le train.

Aujourd’hui, sous le soleil de midi, j’ai fait une autre ballade de quelques kilomètres. J’ai suivi un parcours qui m’est familier, mais j’ai été surprise de remarquer des détails qui m’échappent normalement en courant. Il m’a semblé que ce rythme me permettait de voir et d’entendre autrement. À vouloir courir toujours plus vite, on peut facilement oublier le plaisir de marcher.

Jusqu’à ce que le genou décide de ne plus se manifester, j’adopterai ce mantra: Rien ne sert de courir.

Enhanced by Zemanta
Publicités

17 réflexions sur “Rien ne sert de courir

  1. Je te souhaite bonne chance avec ton genou gauche et une bonne guérison.

  2. La blessure est malheureusement la compagne quotidienne du coureur et il faut souvent faire avec même si souvent on n’est pas raisonnable;-)
    Bonne guérison et bonne reprise car j’aime beaucoup votre blog et surtout votre humour 😉

  3. C’est vrai que la douleur revient avec sa vengeance. Les champions aussi.

  4. Sage, tu es! Une piste de réflexion pour toi: ta posture au travail (je crois que tu es majoritairement sur ordinateur…) est-elle adéquate? Un mal de genou sorti de nul part n’est pas nécéssairement relié au sport, il y a pleins d’autres facteurs de nature « style de vie » qui entre en ligne de compte. L’ergonome en moi n’a pu s’empêcher d’y penser.

    • J’ai pensé à cela aussi. Ma posture est adéquate environ 25% de la journée. Pour le reste, j’essaie seulement de trouver une manière tenir le coup. C’est long, 8 heures sur le postérieur. Ça aura l’air bizarre, mais je travaille souvent assise en indien sur ma chaise. Il se peut que les ligaments de mes genoux soient étirés abusivement (je suis nulle en anatomie, alors il se peut que ce ne soit pas les ligaments, mais autre chose). Ça tire, des fois, quand je me lève. Il faudrait que j’essaie de me discipliner à rester en place dans une bonne posture. C’est juste que l’immobilité, ce n’est pas trop mon truc… J’ai essayé le ballon suisse, c’était un échec.

      • le ballon suisse n’est pas un outil à utiliser sur une longue période, je ne le recommande pas. Mais tu as mis le doigt sur quelque chose avec les jambes croisées, je t’apprends rien 😉 Il n’y a rien de pire pour le corps que la position statique, il faut que tu bouges, même en travaillant à l’ordinateur. Un des trucs est de changer la façon de s’assoir plusieurs fois par jour. Si jamais tu veux en savoir plus tu me feras signe.

      • En tant que coureur et informaticien (mal assis 8h par jour), je vois tout à fait de quoi tu parles. Il y a deux mois, j’ai commencé à travailler debout. J’ai installé des caisses en bois sur mon bureau, pour mettre tous les éléments à bonne hauteur (écran au niveau des yeux, clavier comme il faut pour ne pas avoir les épaules tendues).

        Résultat: après une semaine de jambes un peu lourdes (le temps de m’accoutumer), je ne reviendrais plus en arrière: je suis beaucoup plus mobile (toujours prêt à me déplacer plutôt que de prendre le téléphone vu que je suis déjà debout), je peux faire des étirements lorsque je suis au téléphone avec un client (kit mains libres), … Mes douleurs de dos ont disparu 🙂

        Côté course à pied, je me suis mis aux chaussures minimalistes. C’est un apprentissage musculaire à faire, mais les résultats sont encourageant, je viens de courir mon premier 20km, et je n’ai rien eu d’autre que quelques courbatures. Si tu t’y intéresses, je te conseille de faire quelques recherches sur « barefoot running », il y a une mine d’informations qui t’attend 😉

    • Ça m’intéresse énormément et j’aimerais beaucoup en savoir plus!

  5. Quel beau billet!!!! Lorsque j’aurai un «bobo de course» quelconque, je reviendrai lire ce billet. Rafraîchissant, inspirant!!!!
    (Bonne chance pour ton genou, prends en bien soin! Et je suis bien d’accord avec toi, il est plus payant d’agir à la source!!!)

  6. Rien ne sert de courir, rien ne sert de courir… je dois m’objecter… 😉

    Évidemment qu’avec le nom de mon blogue je ne peux pas faire autrement…

    Ceci étant dit, j’ai beaucoup marché récemment puisque je me retrouve avec moins d’entrainement que prévu et qu’il fait beau… et c’est vrai que ça vaut la peine de regarder les bourgeons prendre un peu plus de volume tous les jours, la nature reverdir… En fait la leçon c’est certainement de profiter des circonstances, peu importe les circonstances!

    Comme je bosse aussi assise plus de huit heures par jours, je prendrais bien les recommandation de Jamfil aussi!

    Bon réenlignement de l’entrainement!

    • Merci Patricia! Clin d’oeil à « rien ne sert de courir », je pensais bien que tu t’objecterais! Profiter des circonstances, quelle belle manière de dire les choses. Bon ajustement à toi également.

  7. Sonia, je te souhaite que ta blessure au genou guérisse rapidement.
    Des fois, moi aussi j’ai mal à un genou. C’est une bizarre de douleur, comme si le genou se décrochait. Ça dure quelques pas, une dizaine , puis ça part.
    Mais je suis d’accord avec toi , que la marche a ses bienfaits elle aussi.
    cuidate, xoxox Momich

  8. En attendant d’avoir plus de temps à consacrer à la chose et de faire un beau billet professionnel à souhait, je vous mets une video hyper cute et surtout hyper bien faite qui donne quelques trucs sur la position pour le travailleur à l’ordinateur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s