En forme de femme

Le repas caché

6 Commentaires

Drink today and drown all sorrow

Image by Neal. via Flickr

On connaît plus ou moins les principes d’une alimentation saine et équilibrée : une diète faible en gras et en sucres raffinés, riche en grains, pleine de légumes et de fruits frais. Grosso modo. On sait qu’on devrait surtout manger ce que la terre produit, et essayer qu’entre cette terre et notre table il y ait un minimum de mains, de machines, de temps et d’étapes de transformation. On est bon élève : rien (ou presque) ne touche le fond du panier d’épicerie sans avoir passé l’examen des informations nutritionnelles. On a appris comment lire les étiquettes et comment démasquer les indésirables qui essaient de passer incognito. On est rassuré de savoir ce que contient notre assiette. Mais pense-t-on à ce dont on remplis nos verres?

Disons ce scénario :

Je me lève et je prends aussitôt mon petit déjeuner : 2 tartines au beurre d’arachide, une banane, un verre de lait, un café. Je prends la route pour le bureau et avant d’entrer, je passe chercher un deuxième café. À la pause du matin, je bois un bon jus d’orange frais. Au dîner, je mange les restes de la veille (poisson, brocoli, riz brun) et je me paie le luxe d’une boisson gazeuse (j’ai bien mangé, après tout). Avant mon départ du bureau, je croque des carottes et des branches céleri. Je prend ma dose d’endorphines avec une course de 45 minutes, puis je me désaltère avec une boisson d’électrolytes pour sportif. À l’orange, c’est ma préférée. Au souper, je mange le cari de poulet de chéri avec un verre de vin, puis je termine la journée doucement avec une camomille.

Si, dans ce scénario, le verre de lait est écrémé, les deux cafés sont pris avec un lait et un sucre, la bouteille de jus d’orange frais est en format 12 oz, la boisson gazeuse est diète, la boisson d’électrolytes est régulière, le verre de vin est raisonnable et la camomille est « noire », j’ai ajouté à mes excellents repas équilibrés de la journée 532 calories.

Surprenant, n’est-ce pas?

À ce scénario, changeons le lait écrémé pour du lait 2%, un des deux cafés pour un grande latte sans sucre et la boisson gazeuse diète pour une régulière. Cette fois-ci, j’ai ajouté à mon apport calorique de la journée 899 calories. Presque deux repas, rien de moins.

Le scénario est peut-être un peu exagéré, mais il est probable. Quand on porte attention à ce qui passe dans notre assiette et qu’on prend la peine et le temps de cuisiner pour nourrir notre corps, ce genre de calcul fait réfléchir. Pour mener la réflexion un peu plus loin, j’ai fouiné un peu du côté des étiquettes et des sites de produits populaires. La petite liste qui en résulte vous aidera peut-être à faire des choix. Nos choix ne se font évidemment pas uniquement en fonction du nombre de calories. Un verre de lait, par exemple, contient beaucoup plus de calories qu’une canette de Red Bull, mais il est inutile et bizarre de les comparer ainsi. Comme pour les aliments, il faut lire les étiquettes, détrousser le sucre et le sel et, si possible, s’en tenir à l’essentiel. L’eau fraîche est toujours une option gagnante.

Jus, boissons, lait

Jus orange, Tropicana, frais (12 oz)  165 cal

V8 réduit en sel (8 oz)  50 cal

Jus de pomme Mott’s (8 oz) 120 cal

Coke 140 cal

Coke diète 0 cal

Gatorade (8oz)  50 cal

Lait écrémé (8 oz)  80 cal

Lait 2% (8 oz)  120 cal

Red Bull  16 cal

Café

Espresso 1 cal

Café moyen (Tim, 1 lait, 1 sucre)  50 cal

Cappuccino glacé moyen (Tim, régulier)  360 cal

Cappuccino glacé moyen (Tim, lait)  220 cal

Café vanille française (Tim, moyen)  250 cal

Thé noir 0 cal

Grande latte (Starbucks, régulier)  234 cal

Grande latte (Starbucks, écrémé) 168 cal

Alcool

Bière  150 cal

Bière légère  100 cal

Vin rouge (6 oz) 140 cal

Vin blanc  140 cal

Rhum & coke  185 cal

Pina Colada  530 cal

Bloody Ceasar  160 cal

Manhattan  130 cal

Martini  160 cal

Margarita 220 cal

Enhanced by Zemanta
Publicités

6 réflexions sur “Le repas caché

  1. J’ai eu exactemenet le même constat quand une journée j’ai décidé d’iscrire mon journal alimentaire.
    Moi qui croyais ne pas avoir assé manger cette journée là, j’ai été vraiment étonné de me rendre compte que j’avais pris quelques calories de trop.
    Quelques noix ici et là, une couillère à soupe d’huile d’olive de plus dans une salade, un deuxième jus d’orange… Ces calories était de qualités mais était de trop.
    C’est pas long qu’on peut dépasser le budget de calories sans même s’en rendre compte!
    Depuis je suis un peu plus sur mes gardes! 🙂

    • Tenir un journal alimentaire est un outil fabuleux lorsqu’on veut avoir une image exacte de ce qu’on ingère. Et pas seulement pour les calories (je préfère la version par « portion ».) Pas une seule portion de produits laitiers de la journée? Ça peut m’arriver, si je ne fais pas attention. Le journal me fait réaliser que je mange moins bien et en quantité moins raisonnable que j’aime le croire. Je crois que c’est pour cette raison qu’il est si difficile de le tenir avec rigueur. En avoir conscience, c’est déjà un pas de fait.

  2. Moi aussi je fais attention à ça depuis un petit bout de temps. En plus, il ne faut pas oublier que ces  »calories liquides » ne contiennent généralement aucune fibres alimentaires, elle sont donc peu rassasiantes. En d’autres mots, on ingère des calories mais on a pas moins faim… Il vaut donc mieux s’en tenir aux calories des aliments solides (repas et collations) qui elles, seront plus payantes. Bon, évidemment tout ça est plus facile à dire qu’à mettre en pratique mais la réflexion s’impose; petit à petit je change mes habitudes. C’est bien que tu soulèves le sujet!!!

    • Bon point, pour les fibres alimentaires. Je n’avais pas penser le souligner, mais entre un verre de jus d’orange Tropicana et une orange mangée avec la pulpe et la chair, il y a un monde.

  3. Superbe article comme toujours Sonia. Il a plusieurs produits spécialisés pour la course ou le vélo qui fournissent les nutriments nécessaires et qui contiennent peu de calories, entre autres, les GU et les eDiscs. Comme substituts aux boissons énergisantes fortes en calories.

    • Merci! Je connais les GU, mais je ne fais pas encore des sorties assez longues pour en avoir besoin. Je n’avais jamais pensé les prendre après la course, je dois avouer. Il y a un bon moment que j’ai délaissé le Gatorade et ses cousins. Quand je reviens d’une course plus difficile ou quand je finis une heure de musculation, je me fais un bon P90X Results & Recovery drink. Je suis vendue: il est délicieux et fournit tout ce qu’il faut pour maximiser les résultats et la réparation des muscles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s