En forme de femme

Le temps qu’il faudra

2 Commentaires

Demain, 3 janvier 2011, nous reviendrons tous à nos moutons. Boulot, garderie, école, tout rentrera dans l’ordre. Mais quel ordre, au fait? Le brouhaha du temps des fêtes nous a étourdis, et rien ne dit que nous voulons reprendre les choses telles qu’elles étaient.

Durant les dernières semaines de décembre, un de nos bons amis s’est battu pour sa vie aux soins intensifs de l’hôpital Sacré-Coeur, à la suite d’une crise de diabète aiguë. Je vous épargne la leçon de vie. Durant ces mêmes semaines, nous avons eu la chance de recevoir et de visiter quatre couples d’amis qui nous sont chers, mais que nous voyons assez peu finalement, avec lesquels nous avons passé de très agréables soirées.

Pour aller droit au but, je dirai que la période des fêtes a été une sorte de wake-up call sur la valeur et l’importance des moments passés entre amis. On s’entend souvent dire qu’avec nos « vrais » amis, on n’a pas besoin de se voir souvent, que tout est là et survit malgré la distance et le temps. C’est vrai. Mais on oublie que le temps passé avec eux est du temps de détente et de partage.

J’ai déjà dit que je prenais des résolutions pour l’année 2011. C’est maintenant le moment de les partager. En vrac:

(1) Suivre le plan d’entraînement pour le demi-marathon jusqu’au 29 mai et  en préparer un autre ensuite, idéalement pour Philadelphie (en novembre);

(2) Entretenir mes amitiés de manière plus soutenue (et pas seulement dans le monde virtuel);

(3) Embrasser tout le temps dont je dispose, plutôt que de regretter le temps imaginaire dont j’ai toujours l’impression d’être dépossédée. En principe, cela constitue surtout un changement d’attitude, mais concrètement, cela revient à mieux planifier et à mieux gérer mon temps;

(4) Travailler à la santé financière de notre famille au meilleur de mes connaissances et de mes capacités;

(5) Désencombrer et organiser toutes les pièces de la maison pour en faire un meilleur environnement;

(6) Recevoir ce que les gens autour de moi ont à m’apprendre, à commencer par mon enfant;

(7) Ne cumuler aucun frais de retard à la bibliothèque (personne au monde n’échoue plus lamentablement que moi à cette simple tâche).

J’ai déjà pensé aux moyens concrets nécessaires à la réalisation de la plupart de ces résolutions. Pour les autres, plus « intérieures », je tâcherai de me les rappeler souvent. Rien ne presse, 363 jours sont encore devant moi. D’une manière ou d’une autre, ces résolutions impliquent toutes un solide ancrage dans le présent. Elles se réalisent dans le temps, à condition, justement, qu’on habite ce temps.

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Le temps qu’il faudra

  1. D’abord je veux dire tout simplement que j’adore lire tes blogs parce qu’ils sont toujours si bien écrits et si beaux, et ils me font toujours réfléchir en plus. Et puisqu’on parle des amitiés, j’espère te voir en Philadelphie cette année–si je fais pas le full je ferai le demi–parce que ça fait trop longtemps et tu me manques énormément, ma belle.

    • Merci Emilie, tu es si gentille. J’aime beaucoup te lire aussi, c’est comme si ma voix intérieure m’adressait la parole. J’espère sincèrement pouvoir faire une course à Philadelphie (probablement le demi). C’est un parcours agréable et un excellent temps de l’année pour courir. Peut-être que j’aurais la chance de visiter un peu plus la ville cette fois-ci. Et puisque le stress de la première fois ne serait pas au rendez-vous, je pourrais aussi mieux profiter de la présence de mon amie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s