En forme de femme

Courir et maigrir forment une pauvre rime

24 Commentaires

Le 18 novembre 2007, dans un taxi à Philadelphie:

CHAUFFEUR – Are you racing this morning, ma’am?

MOI – Yes I am. My first marathon.

CHAUFFEUR – The marathon? I wouldn’t have guessed. Most marathoners are skinny, you know.

MOI – …

Dans un certain camion cet été, après avoir dépassé une coureuse rondelette dans la cinquantaine:

INTERLOCUTRICE – Je la vois souvent courir, cette femme-là. Elle a pas l’air de maigrir pantoute.

MOI – Et ben moi je trouve qu’elle est bonne de courir. Il fait chaud aujourd’hui, en plus.

INTERLOCUTRICE – Oui mais à force de courir, elle devrait maigrir, il me semble.

MOI – Peut-être qu’elle cours pas pour maigrir, tsé.

Mercredi dernier, au studio de yoga, après avoir appris que j’aurais le privilège de suivre un cours privé:

MOI – C’est étonnant qu’il n’y ait pas plus d’inscriptions. C’est un super studio, pourtant.

PROF DE YOGA – C’est calme ici, mais la classe de yoga chaud est toujours pleine. Tu sais pourquoi?

MOI – Je pense que oui. Les gens choisissent le yoga chaud parce qu’ils veulent perdre du poids.

PROF – C’est ça.

***

Je n’ai jamais couru pour maigrir et c’est très bien ainsi. Je ne dis pas que si je disposais d’une baguette magique je ne ferais pas quelques retouches ici et là sur ma carcasse pleine d’amour, mais plutôt que l’exercice n’est pas associé dans mon esprit à un idéal physique auquel j’aspire. Faire le plein d’oxigène, vivre les saisons, évacuer les tensions, suspendre le temps, donner un nouveau visage à une journée qui tourne mal, aller à la pharmacie, mettre les potins à jour avec une copine, étouffer un chagrin, oui, mais faire bouger l’aiguille du pèse-personne, non. Celui-là, d’ailleurs, est remisé depuis longtemps.

Ce qui est sexy, chez une femme, c’est la confiance. J’ignore où j’ai lu ou entendu cela un jour, mais je voue encore à cette formule un culte absolu. L’exercice rend sexy, finalement, moins parce qu’il promet un ventre plat et des fesses fermes que parce qu’il donne confiance. Je cours et je pratique le yoga pour l’oxigène, le calme, le vide, la compagnie et bien d’autres raisons encore, mais surtout parce que cela me rend plus forte et me fait sentir tous les jours plus solide sur mes deux jambes et entre mes deux oreilles. Parce que je sais que la puissance de mon corps se traduit en puissance mentale, alors que la taille de mes jeans ne dit et ne dira jamais rien de plus que son propre chiffre.

À trop miser sur la silhouette ou les résultats visibles de l’activité physique, on risque de passer à côté de ses meilleurs bienfaits. On risque aussi d’en faire une liaison orageuse et éphémère, alors que c’est précisément parce qu’elle est gratuite qu’une idylle avec le vélo, la course, la natation, le yoga et que sais-je encore se transforme en véritable mariage pour le meilleur et pour le pire.

Il est vrai que l’exercice physique pratiqué de manière régulière entraîne souvent la perte de poids. J’aime penser qu’il s’agit de dommages collatéraux: des kilos sacrifiés au bien-être et à la santé, des centimètres tombés au combat contre l’inertie.

About these ads

24 réflexions sur “Courir et maigrir forment une pauvre rime

  1. J’aime beaucoup ton ‘mais surtout parce que cela me rend plus forte et me fait sentir tous les jours plus solide sur mes deux jambes et entre mes deux oreilles’! Il faut avoir couru un marathon une fois pour savoir que le marathonien est une bibite qui vient en toute sorte de forme!

  2. Beau billet Sonia. Dommage que les gens jugent de loin les mérites de la course aux kilos perdus… et qu’il s soient aussi maladroits! La confiance: très sexy en effet!

  3. Les non-coureurs passent de bien drôle de commentaire. Ne laisse pas les autres affectés ta confiance.

  4. Merci Sonia pour ce beau texte. Il me touche. Depuis que je m’entraine pour courir mon premier marathon (à Montréal dans 13 jours) je n’ai pas perdu ni pris 1 gramme. C’est parfait comme ca parce que ce n’est pas ca mon objectif.

  5. Très bien dit. Je te félicite pour ta belle attitude!

  6. Rien à dire d’autre que VRAI et merci pour ce texte !

  7. Les anecdotes m’ont bien fait sourire, mais tu as tellement su relevé les vrais raison de courir ! De mon côté, quand je dis autour de moi que je cours, les gens sont incrédules : « T’es pas grosse, tu n’as pas besoin de courir ! Tu vas casser en deux ! ». Je dois constamment expliquer que je cours par amour de la course et du bien-être physique, et non pour maigrir…

  8. Wow! Quel beau texte! Je partage!

  9. Comme c’est bon de lire ça ! Je cours depuis un peu plus de 5 ans et je pèse actuellement presque ce que je pesais à la fin de ma dernière grossesse, AVANT d’accoucher de mon gros garçon de 9 livres 1 oz. ! J’ai repris du poids entre autre à cause de certains médicaments que je dois prendre.

    Quand j’ai commencé à courir, je pensais bien que j’allais maigrir mais comme j’ai vite senti les autres effets, je me suis concentrée surtout sur eux.

    Voyant que je ne perdais pas de poids, je me suis donné pour mission de courir pour montrer que les femmes rondes aussi peuvent courir ! :)

  10. Excellent texte. Cela me rejoint. Pour ma part, le bien-être recherché par la course est surtout psychologique. La force intérieure, comme vous le dites si bien. Chapeau.

  11. Je n’ai pas DU TOUT le gabarit de la coureuse et encore moins celui d’une marathonienne… Comme Stéphane, en entraînement-marathon, je n’ai ni perdu ni gagné un gramme. Je dois reconnaître qu’à la faveur du gain en muscles, j’ai perdu un petit peu de rondeur, mais bien peu! Mais comme tu le dis si bien, le gain de confiance est tellement grand que j’ai aujourd’hui la force nécessaire pour avoir l’audace d’être fière de la coureuse un peu arrondie que je suis!! Et en soi, je trouve ça merveilleux!!! Très beau texte Sonia!

  12. Mais on peut manger plus! Héhéhé.
    Bien observé, Sonia. Le sport c’est aussi un bien-être mental, mais il faut l’avoir expérimenté pour se rendre compte à quel point c’est vrai.

  13. Que c’est plaisant à lire! Même si je suis un gars, ton texte me rejoint. Je suis un gars qui a disons un IMC très (très, très) élevé. J’ai commencé à courir il y a deux mois, parce que je voulais être fier de quelque chose. J’avais le rêve de courir dans une course et de la finir. Éventuellement, j’aimerais faire un demi-marathon. Ce dimanche, je vais courir ma première course, un 10 km. Bref, je ne le fais pas pour perdre du poids (j’en ai pas perdu depuis que je cours), mais pour courir parce que j’aime ça. J’avoue avoir un peu peur du regards des gens qui vont dire « Check le gros qui court », mais j’ai tellement hâte de voir leur face qui va dire « Il la fait ?!? ».

    Je découvre ton blogue avec ce texte et tu peux maintenant me considérer comme un nouveau lecteur! :)

    • Bienvenue ici, Dave. Les hommes sont accueillis avec plaisir, évidemment. Je parle souvent des femmes parce que j’en suis une et que c’est mon point de vue, mais je pense bien que la plupart des sujets que j’aborde touchent aussi les hommes. Félicitations pour tes débuts en course à pied et bonne chance pour ta première course dimanche!

  14. Par expérience, le seul vrai moyen de réguler son poids c’est par l’ajustement de l’apport alimentaire. Moins de calories « in », ça finit par faire la différence. C’est un peu utopique de croire que l’exercice seul peut faire maigrir. Un 3 h de vélo à bon rythme ça fait dépenser environ 2500 calories. C’est même pas 1 lbs! Exercice = être en forme, manger mieux = maigrir, peut-être!

    • Bien d’accord: il est plus facile de faire varier le poids en portant attention à l’alimentation. De petits changements peuvent parfois faire une grande différence. Je crois cependant que les gens actifs ont une tendance naturelle à vouloir mieux s’alimenter (pour diverses raisons), alors c’est une sorte de valeur sûre que de miser sur l’exercice.

      • Oui, mais mon point c’est que l’activité physique seule, ne fait pas maigrir. Et si tu manges juste « un peu trop », au mieux tu restes au même poids, au pire tu engraisses :) Un 30 minutes de course aux 2 jours, ça garde en forme, mais c’est 500 calories environ… c’est la moitié d’un sac de chips au ketchup… ;)

  15. Dave: moi aussi je suis en IMC trop élevé… mon surplus de poids de 3 grossesses en moins de 5 ans qui est franchement dur à perdre. Mais j’aime mieux être la grosse qui court que la grosse au McDo! ;-)
    (même si je m’en permets de temps à autre)

  16. Pingback: JulieJulie » Blog Archive » Courir et toujours aimer ça!

  17. Lorsque je cours et que je rencontre ou dépasse (rarement) un gros/grosse, je leur dit bravo (dans ma tête). Comme le dit si bien Marie-Pascale « Mieux vaut une grosse qui court qu’une grosse chez McDo ».

    Je nage, je fais du spinning, je cours et je ne maigri pas. J’ai 2 kilos superflus et ça ne me gène pas plus que ça. Je me dis, si je les perds tant mieux sinon tant pis.

    C’est tellement bénéfique de faire du sport, sous toutes les coutures.

  18. Pingback: Insulte et compliment « En forme de femme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 42 autres abonnés